Auxiliaire de Vie Scolaire pour l'Intégration Individualisée des enfants handicapés

pour tous les auxiliaires de vie et professeurs des écoles
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 colloque de la maif à Grenoble sur la scolarisation des hand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 464
Age : 36
Ville : Calais
Date d'inscription : 07/04/2005

MessageSujet: colloque de la maif à Grenoble sur la scolarisation des hand   Ven 31 Mar - 11:00

Bonjour,

La Maif (assurance des enseignants) a organisé en 2003 de nombreux
colloques sur la scolarisation des personnes handicapées. Des
conclusions
de ses échanges est né un livre blanc qui a été remis aux autorités.
Celui-ci est disponible sur le site de la maif (maif.fr - [
fcp://@fcis.educagri.fr,%231006999/MailBox/html_libre?paf_dm=shared&contentid=19200104&itemDesc=contenu&menuId=500004&orderId=4&themeid=900037&rubriqueid=19200013&sousrubriqueid=
]Accueil>Qui sommes-nous ? >Actions mutualistes >Scolarisation des
personnes handicapées )

La Maif renouvelle une série de 10 colloques en 2006 sur le même thème.
J'ai participé, mardi 28 mars à celui qui s'est organisé à Grenoble. Je
vous propose ci-dessous les quelques notes que j'ai pu prendre sur les
échanges et les apports d'informations qui ont eu lieu. J'espère que
vous
trouverez intérêt à les lire.

Cordialement

Martine

Colloque des élèves autrement capables.
Une rencontre de tous les possibles
Scolarisation des personnes handicapées.

Grenoble – 28 mars 2006.

Organisé par la MAIF.


Accueil par Robert BIOLLET,
Correspondant départemental MAIF, délégation d’Eybens.

Quelques points forts de sa présentation~:
Bâtir une voie d’accès à nos différences.
L’école est structurante dans son rôle de socialisation et
d’apprentissage.
L’école doit permettre à l’enfant d’apprendre et comprendre la société
des
hommes.
L’enfant doit être reconnu par ses aptitudes.
Considérer les enfants handicapés non comme des malades mais comme des
citoyens.
La vigueur d’un projet pédagogique bien ficelé permet de contourner
bien
des obstacles.

Marie-Christine PHILIBERT,
Présidente de la fnaseph,
Enseignante et mère d’une jeune fille handicapée.

Regard sur la loi du 11 février 2005

La loi de 75 était “en faveur~” des handicapés alors que la loi de 2005
parle “d’égalité~”. Il s’agit donc d’une politique de droits communs
qui
évite les discriminations.
L’article 2 indique que l’environnement (y compris scolaire) peut
aggraver
le handicap.
La loi indique que les enfants et adolescents doivent être inscrit dans
une école qui est leur établissement de référence. Les jeunes doivent
être
scolarisés en priorité en milieu ordinaire. Il reste inscrit dans leur
établissement de référence même s’ils sont en réalité accueillis par un
autre établissement.
La loi encourage le développement des coopérations et temps partagés
entre
milieu ordinaire et milieu spécialisé.
Les nouveaux acteurs de la loi~:
La maison départementale des personnes handicapées (= MDPH) doit mettre
sous le même toit tous les services aux personnes handicapées et
proposer
un guichet unique pour répondre à leurs questions et à celles de leur
famille.
Création d’une commission des droits et de l’autonomie qui naît de la
fusion de la CDES (qui s’occupait des dossiers des moins de 20 ans) et
la
COTOREP (pour les plus de 20 ans).
Une équipe pluridisciplinaire regroupant des professionnels d’horizons
différents devra se réunir obligatoirement en présence des parents. En
l’absence des parents, cette commission ne pourra pas délibérer.
L’objectif de cette équipe sera d’évaluer les besoins du jeune
handicapé
et d’élaborer son Projet Personnalisé de Scolarisation (= PPS qui
remplace
l’ancien PEI).
Le référent de l’éducation national. Il sera l’interlocuteur principal
de
tous les membres de l’équipe pluridisciplinaire concernant le dossier
du
jeune handicapé. Il devra suivre l’évolution et la réalisation du PPS.
Son
champ d’action inclut tous les types de scolarisation de la maternelle
au
lycée.
Mme Philibert nous indique que son association reste vigilante sur un
certain nombre de points que la loi n’éclaircit pas~:
La formation des enseignants du milieu ordinaire~: leur méconnaissance
du
handicap peut engendrer des craintes, des peurs~; ils peuvent aussi se
trouver assez démunis face au handicap.
Le temps~: comment va être pris en compte le temps de suivi des
dossiers,
les réajustements~?
Comment l’équipe va-t-elle évaluer l’enfant~? Analyser ses besoins~?
Qu’est-ce qu’on entend par établissement de référence pour le jeune
handicapé~? Sera-t-il uniquement un nom sur une liste~? Cela
implique-t-il
des collaborations avec le milieu protéger si l’enfant y est
scolarisé~? Y
aura-t-il des complémentarités~?
A quand la reconnaissance professionnelle des AVS~?
Mme Philibert rappelle qu’il faut bien qu’à l’école on fasse la
différence
entre l’enfant et son handicap. C’est un enfant avant tout.
L’école doit aussi avoir une certaine reconnaissance des parents qui
sont
souvent des gens en souffrance pouvant être parfois agressifs ou
déprimés.
L’école a souvent tendance à penser que se sont des idéalistes qui sont
loin des réalités de l’école~: mais c’est ce qui nous permet d’avancer
et
de faire avancer nos enfants handicapés.
Petit à petit, on réussit progressivement à changer le regard sur les
personnes handicapées, maintenant il faut passer aux actes. Il faut
aussi
changer les mentalités et nos modes de vie.

Claude PICANO,
Inspecteur d’Académie de l’Isère,

Etat des lieux en Isère

Sur les 204.000 élèves scolarisés de la maternelle au lycée, l’Isère
compte 3326 élèves du 1er et 2nd degrés reconnus par la CDES (ce qui
est
un % proche du % national). Parmi eux, 1851 élèves sont scolarisés en
milieu ordinaire.
Le département dispose de 95 AVS à titre individuel, 35 AVS collectif
et
42 AHCH (ou emploi vie scolaire qui sont des contrats de droits
privés~;
ces personnes sont mises à disposition d’une école pour aider les
différents enfants handicapés qui y sont scolarisés).
L’Isère compte deux inspecteurs spécialisés (un pour le Nord et pour le
sud du département) dont la mission est l’encadrement des équipes
enseignantes pour l’adaptation et la scolarisation des enfants en
situation de handicap.
L’objectif de l’inspecteur est de développer le secteur des classes
d’intégration scolaire (ou CLIS) qui sont, aujourd’hui au nombre de 57.
Il
compte également poursuivre le développement des UPI dans les collèges
à
raison de 2 par an au moins. Il y en a 9 aujourd’hui, il y en aura 13 à
la
rentrée.
La formation longue des enseignants spécialisés se poursuit. 31 départ
en
formation l’an prochain qui prend en compte la diversité des handicaps.
Actuellement il y a 14 référents de l’éducation nationale dans le
département (pour 1851 élèves~!~!). A la rentrée prochaine, il y en
aura
18.
Un guide destiné à la formation et l’information des AVS est (ou sera
très
rapidement) en ligne sur le site de l’éducation nationale de l’Isère.

Interrogé sur le temps dégagé pour les enseignants pour assister à la
commission pluridisciplinaire du PPS et le suivi individualisé des
jeunes
handicapés, l’inspecteur a répondu que les IEN peuvent décider
d’utiliser
à cette fin la 27ème heure des enseignants.
L’inspecteur de l’Académie de l’Isère définit le projet personnalisé de
scolarisation comme un projet qui s’intègre dans un projet de vie, dont
le
sujet est ACTEUR et qui doit permettre une anticipation opératoire dans
l’école.
M. PICANO rappelle que la scolarisation des enfants handicapés est une
priorité du président de la république.


Pierre BONJOUR,
Universitaire

Attention, les enseignants ne doivent pas se sentir “coincés~” par la
loi.
Il faut éviter de monter les enseignants contre les familles et
inversement. Pour cela, l’équipe pluridisciplinaire devra évaluer les
besoins de l’enfant handicapé mais aussi les besoins de l’école.
Le secteur médico-social et le secteur associatif doivent devenir des
personnes ressources.


Virginie Colas,
Jeune personne handicapée moteur,

De sa scolarisation en milieu ordinaire, elle retient le besoin de
faire
toujours la preuve qu’elle est “capable~”~; mais aussi un traitement à
part~: son meilleur souvenir d’intégration est d’avoir été collée comme
les autres.
De sa scolarisation en milieu protégé~: elle retient le soulagement
d’être
une parmi les autres et non pas le cygne noir~; mais aussi une
surprotection~: elle a passé son bac pro en trois ans alors qu’elle
aurait
pu le passer en deux ans.
Pour elle, cependant, être scolarisée en milieu ordinaire cependant,
c’est
être dans “la vraie vie~”, dans la société.
Elle insiste sur le fait qu’elle ne demande pas à être privilégiée.


Jeannie MONTMAYEUR,
Professeur d’économie au lycée Louise Michel de Grenoble,

Au Lycée Louise Michel, 62 jeunes en situation de handicap sont
scolarisés
toutes sections confondues.
Cette enseignante insiste sur l’importance de préparer en amont
l’équipe
pédagogique à l’accueil d’une personne handicapée. Il faut anticiper
sa
venue, être informé sur son handicap, ses forces, ses capacités mais
aussi
ses limites.
Le cas échéant, il faut que les enseignants puissent être assistés par
exemple par des psychologues.

Françoise LECOURVOISIER,
Médecin conseiller technique de l’inspection académique,

La mission des médecins de l’EN est, entre autre, de prendre garde à ne
pas créer, à l’école, de surhandicap. Pour cela, leur rôle est de
travailler sur
L’évaluation et la proposition d’évolution des locaux
Dans l’organisation des soins pendant le temps scolaire, si cela est
nécessaire
En décidant éventuellement du besoin d’une aide humaine
En évaluant les besoins en matériels pédagogiques spécifiques adaptés
qui
peuvent être financés dans le cadre du plan handiscol
En réfléchissant à l’organisation du temps scolaire
En traduisant pour l’enseignant, les difficultés et compétences de
l’enfant pour qu’il puisse entrer dans les apprentissages. Ces éléments
seront ensuite à traduire par l’enseignant en pédagogie différenciée.
En étudiant une adaptation des conditions d’examen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
colloque de la maif à Grenoble sur la scolarisation des hand
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» affectation stagiaires académie de Grenoble
» Colloque National à Toulouse les 22, 23, 24 octobre
» Présentation de JP Petit au Colloque international de Corée
» Maif et Autonome
» 2007: Le 07/12 à 18h - Grenoble (38)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Auxiliaire de Vie Scolaire pour l'Intégration Individualisée des enfants handicapés :: Autres :: la vie de tous les jours-
Sauter vers: